Détenteur de la carte spéciale de “GH” !

Bravo à toi !

Tu es le détenteur d’une carte spéciale de « GH » (ou bien quelqu’un d’assez malin pour atterrir sur cette adresse). Dans tous les cas : bravo à toi.

Pour te récompenser, tu auras le droit de lire des révélations sur mon projet et des règles additionnelles !

Rends-toi régulièrement sur cette page, elle sera mise à jour ! J’y exposerais également des idées nouvelles.

N’oubliez pas que vous pouvez à tout moment me contacter par mail à timotheerouxel@dessineretecrire.com si vous avez la moindre question en rapport avec le jeu ou bien à vos projets personnels. Je me tiendrais toujours à la disposition de mes premiers soutiens !

Cette page est cachée sur les moteurs de recherche, mais elle reste accessible par échange de lien. Je ne suis pas démoniaque et je ne vous interdis pas d’échanger cette adresse… cependant, ne la donnez qu’à vos meilleurs amis ! Puisqu’en temps que premiers soutiens : vos amis sont également mes amis !

Avant toute chose, première révélation qui n’aura échappé à personne : Je suis la pire des brèles en orthographe ! Il est fort possible que je fasse des fautes régulièrement. N’en tenez pas compte. J’ai foi en l’humanité : un jour, les correcteurs orthographiques parfaits existeront, d’ici là je fais comme je peux avec le logiciel « Antidote » (qui m’aura quand même couté 110 balles pour pas grand-chose à priori).

C’est la première fois que tu joues à « GH » ou bien tu veux prouver à tes amis que tu as bien compris les règles ?

Il y a un nouveau mode de jeu pour jouer à “GH” à partir de 2 joueurs, je présenterais ce mode de jeu dans très peu de temps, gardez un oeil sur le blog.

Voici les règles officielles de « GH » !

Votre objectif est de vous défaussé en premier de toutes vos cartes !

De 3 à 6 joueurs / Durée de jeu : 5 minutes par parties / tout public

Préparation :

Distribuez 5 cartes “GH” faces cachées à chaque joueur. Déposez le reste des cartes faces cachées sur la table : c’est la pioche.

Le joueur le plus jeune est le premier “lanceur”

Déroulement d’un tour de jeu :

Phase 1 :

Le lanceur tire la carte d’appel de la pioche.

Le Lanceur tire une carte de la pioche et la pose face visible sur la table de jeu. Cette carte, tirée de la pioche, est la carte d’appel.

Pendant le tour de jeu, l’objectif est de jouer tous les sons de la carte d’appel. Pendant ce tour, il faudra jouer les sons “WA”, “GH”, “GH” et “GH”. Ce sont les sons que l’on retrouve sur cette carte d’appel.

Le Lanceur joue sa carte.

S’il le peut, le Lanceur joue la carte de lancement. Pour jouer cette carte, le lanceur doit jouer les 2 sons du haut ou les deux sons du bas d’une de ses cartes. En posant la carte de lancement, le lanceur prononce les sons qu’il joue. Dans cet exemple, le lanceur joue les sons “GH” et “GH”. En posant sa carte, le lanceur doit en même temps prononcer “Gheu Gheu” !

Maintenant, les seuls sons jouables de la carte d’appel sont “WA” et “GH”.

Phase 2 :

C’est au tour des joueurs de jouer une carte ! Le lanceur ne participe pas à cette phase de jeu. Le joueur le plus rapide doit jouer une de ses cartes avant les autres joueurs !

Le joueur le plus rapide joue une carte !

Pour jouer une carte, le joueur le plus rapide doit jouer les deux sons du haut ou les deux sons du bas d’une de ses cartes qui correspondent aux sons restant à jouer de la carte d’appel (ici “WA” et “GH”). En posant sa carte, le joueur doit prononcer les sons de la carte d’appel tel qu’ils sont joués dans le tour en commençant par les sons joué de la carte de lancement. Ici, le joueur prononce d’abord “GHeu GHeu” qui sont les sons joués par la carte de lancement et ensuite ” Wa Gheu” qui sont les sons joués par sa propre carte. En posant sa carte, il dit donc ” Gheu Gheu Wa Gheu ” !

Fin du tour :

Les cartes qui ont été jouées sont écartées de la table de jeu ou remélangées à la pioche. Le joueur à gauche du lanceur devient le lanceur à son tour. Un nouveau tour commence jusqu’a ce qu’un joueur ait gagné la partie.

Les cas particuliers :

Si le Lanceur ne peux pas jouer

Dans le cas où le lanceur n’a pas de carte lui permettant de jouer, le joueur à sa gauche devient le lanceur. Si personne ne peut jouer en tant que lanceur, la carte d’appel est écartée de la table de jeu et tout le monde pioche une carte.

Si le Lanceur se trompe

Si le lanceur pose une mauvaise carte ou qu’il se trompe dans la prononciation des sons, il ramasse la carte d’appel et la carte qu’il vient de jouer pour les replacer dans son jeu. Le joueur à sa gauche devient le lanceur.

Si un joueur se trompe

Si un joueur pose une mauvaise carte ou qu’il se trompe dans la prononciation des sons, il ramasse la carte qu’il vient de jouer et pioche une nouvelle carte pour l’intégrer à son jeu. Les autres joueurs peuvent jouer une de leurs cartes s’ils le peuvent.

Si les joueurs ne peuvent pas jouer

Si les joueurs ne peuvent pas poser de cartes après le lanceur, le lanceur peut poser une carte de son jeu. Si personne ne peut jouer, tous les joueurs (lanceur compris) piochent une carte.

Cartes spéciales

Les cartes spéciales sont dotées d’étoiles à l’emplacement des sons. On peut prononcer une étoile comme un “GH” ou un “WA”.

Vous savez tout des règles de base de “GH” !

Les règles extrêmes de “GH” !

Le jeu est devenu trop simple ? Vous voulez suer davantage ? Voici deux règles additionnelles pour ajouter de la tension au jeu !

Si un joueur possède une carte avec la totalité des sons de la carte d’appel, il peut la jouer dès que le lanceur révèle la carte d’appel. Il faudra être le plus rapide possible ! Il devra prononcer tous les sons de sa carte en la posant.

Le lanceur pose sa carte de lancement sur la carte d’appel. Attention à bien mémoriser les sons de la carte d’appel !!

L’univers de « GH » !

Comment tout a démarré ?

En 2016, je déménage de Nantes avec un sac à dos, et un pouce levé. J’ai travaillé comme illustrateur puis vendeur en boulangerie et j’ai besoin de repos à ce moment de ma vie.

J’atterris dans l’Aude : le pire département du monde pour trouver un travail.

Après avoir dégoté une colocation avec deux filles qui faisait des études en écoconstruction, je dois retrouver du travail. En gros, je ne sais faire que deux choses : dessiner et faire du graphisme pour le print. (Je sais aussi vendre des croissants, mais j’ai plus trop envie).

Maintenant, on arrête la vie privée pour rentrer (déjà) dans le concret du projet. Puisque tout démarre d’un forum sur internet !

Pour me motiver à retourner dans le « Game » de l’illustration, je m’inscris à un forum en ligne « Illustration motivation ». C’est dans ce forum que je vais commencer, sans le savoir, à créer l’univers du jeu « GH » et de la BD « Duc »…

Au départ, Illustration motivation est un simple forum d’entraide autour de l’apprentissage du dessin. Il a été créé par Gromy (alias Richard Vatinel) et il est modéré par plusieurs illustrateurs professionnels ou semi-professionnel.

Bien qu’aucun des membres du forum ne le revendique, une hiérarchie implicite s’installe.

J’utilise tout d’abord ce forum comme tous les autres membres, c’est-à-dire pour me faire critiquer et pour commenter les créations des autres.

Au fil du temps, des personnalités fortes se dégagent et les relations entre les membres se complexifient. C’est le lot de toutes les communautés.

Je me lasse du concept de base du forum. Je dois avouer que je n’ai jamais pris plaisir à l’apprentissage et que je me suis toujours beaucoup plus épanouie dans la création.

Alors, petit à petit, je me suis servi des interactions entre les membres de cette communauté comme d’un terreau fertile pour développer des idées.

De nouveaux outils de communication sont apparus et nous avons pu discuter en en direct. J’ai rencontré des gens qui sont devenus des amis.

Parmi ces amis il y a Duc.

Duc c’est un mec très marrant, sûr de son intellect supérieur à la moyenne, mais toujours prompt à te montrer les dernières vidéos débiles ou à chanter du Herbert Léonard…

Comme on passait énormément de temps à parler ensemble (en même temps qu’on dessinait en fait), on s’est inventé un petit monde entre amis et un beau jour je lui ai dit : « Mais, c’est pas possible, il va falloir que je fasse un shonen sur ta gueule. »

On a ri, personne n’y a cru, mais 5 jours plus tard, les premières pages de « Duc » étaient dessinées.

Duc au départ, c’est simplement un petit génie suffisant qui passe son temps à se faire tabasser.

J’ai commencé à dessiner le manga sans vraiment l’écrire… par la suite, l’univers s’est complexifié.

J’ai dessiné un premier chapitre de Duc avec un scénario très simple impliquant à la fois Duc (à 6 six ans), sa mère (totalement inventée, a la fois très belle et très violente) ainsi que d’autres personnages inspiré du forum et surtout “Dago” qui était un membre régulier du forum avec lequel je me suis beaucoup amusé.

Voici le premier chapitre de Duc (première version) dans son intégralitée :

Après ce chapitre qui a eu beaucoup de succès sur le discord, j’ai décidé de miser beaucoup plus sur ce manga. Malheureusement, dans le même temps j’avais beaucoup de difficultés pour m’en sortir financièrement (il y a des mois sans)… J’ai été contacté à un moment de disette par une petite imprimerie pour me proposer un CDI en tant que graphiste et imprimeur dans la boite… j’ai accepté et j’ai dû mettre mes projets en suspens pendant un temps.

Présentation des personnages de « GH » !

La carte Folnie

Folnie

« Folnie » est une petite fée inspirée par une phrase d’une des modératrices du forum « illustration motivation ». La phrase est « On vous donne les outils : vous en faites ce que vous voulez ».

En fait, la modératrice avait dit ça sur le chat « Discord » du forum pour faire comprendre à la communauté que l’évolution des membres n’était pas due au concept, mais plutôt aux membres eux-mêmes.

Folnie n’a pas tout de suite été définie dans mes dessins avec cette apparence. Dans le premier dessin pour évoquer cette phrase, Folnie est dépeinte comme une femme de l’âge de pierre qui a conçu le premier outil tranchant. Évidemment, une fois qu’on a fabriqué ce type d’objet, tuer des animaux est beaucoup plus facile.

Le premier dessin pour illustrer “On vous donne des outils”

Ce dessin me fait encore rire, mais il n’était pas assez précis parce que la modératrice est pétrie de bonnes intentions, ce n’est pas une personne mauvaise. C’est pour ça que je l’ai dessiné en fée très mignonne.

Elle a été inventée dans sa version définitive pendant l’écriture du scénario de « Grisette au royaume de Migro » qui raconte l’arrivée de Grisette dans l’univers de « Duc ». C’est une magicienne, proche du Roi « Migros » qui a le pouvoir de matérialiser tous les biens matériels du monde dans l’univers ( Idée proche du pouvoir des 420 de l’univers de Pianitza qui ont le pouvoir de télécharger IRL). Le royaume de Migro est donc bâti autour de personnalités qui n’ont pas à se battre pour obtenir ce qu’ils veulent. On observe au fil de l’histoire qu’ils sont très peu créatifs, très influençables et sujets à sauter tête baissée sur toute les dernières modes (quitte à modifier leur apparence pour devenir des monstres sous l’effet de la magie). Avec le personnage de Folnie, j’ai développé l’idée que lorsqu’on offre des outils à la population, même en ayant les meilleures intentions, ils finissent toujours par produire le pire avec puisque l’obtention d’une compétence a été désacralisée. Folnie a, à la fois, un pouvoir adoré de tous les habitants du royaume de « Migros » et aussi celui qui l’amène à leur décadence. Dans la BD, c’est un personnage qui est très susceptible et qui accorde énormément d’importance à ce que les gens pensent d’elle. Elle est considérée comme le personnage le plus mignon du royaume… avant que Grisette n’arrive. Dans la première version de la BD « Grisette au royaume de Migros », elle devient la Reine du royaume…

Yumet

La carte Yumet

Yumet est un personnage inspiré de « Yumérêve » un illustrateur d’« illustration motivation ». Il était également modérateur et très actif dans ma période d’activité sur le forum.

C’est une personne profondément gentille et très candide. Il était très attaché aux membres fondateurs du forum et notamment à Gromy. Il est également très utopiste de type « bisounoursiste ». Du coup, c’est une personne très facilement influençable.

Dans mon univers, j’ai commencé par penser à une histoire que je n’ai jamais écrite sur le chevalier « Yumet », elle devait être écrite sous forme de roman. « Yumet » accompagné de son écuyer « Atna » parcours les contrées à la recherche de nouveaux chevaliers dévoués à la cause du bon roi « Migro ».

Yumet est un royaliste de droit divin. Il considère que Migro a raison, en toute circonstance peu importe ses incohérences.

Dans le scénario de « Gisette au royaume de Migro » Yumet est toujours ce chevalier à la solde de Migro. C’est un personnage qui n’a pas d’évolution psychologique, il reste le même serviteur dévoué à n’importe quelle cause de moment qu’elle est commandée par une personnalité influente. De son côté, il n’a aucune opinion tranchée.

Zwauk

Zwauk

Zwauk est un personnage de ” Troll “ dans l’univers de Duc. Il a été écrit sur le motif d’après un véritable troll du même nom qui sévissait sur le discord ” d’illustration motivation “.

Il y a évidemment beaucoup de types de trolls. Ici, le design du personnage est la métaphore de son tempérament : un gars qui cherche la merde, mais qui put la merde lui-même.

Zwauk apparait dans “Grisette au royaume de Migro” c’est un personnage qui déclenche l’élément perturbateur de l’histoire à cause de sa jalousie maladive.

Dans une première version de Grisette au royaume de Migro, le personnage est gracié… mais je pense récrire une autre fin pour ce personnage insupportable ! Ce personnage n’est pas intégré dans la première version de “GH” ! Cependant, il interviendra probablement dans des projet annexe lié à l’univers et surement dans une prochaine version du jeu.

Ce personnage n’est pas intégré dans la première version de “GH” ! Cependant, il interviendra probablement dans des projets annexes liés à l’univers et surement dans une prochaine version du jeu.

Combien ça coûte de produire un jeu ?

Imprimer mes prototypes et les présenter dans un gros festival est la première étape importante de mon projet. Pour ceux qui s’intéresse à la production du jeu et pourquoi pas à eux-mêmes produire leur jeu, je vais détailler les coûts de production pour que vous vous fassiez une idée. Avant toutes choses, sachez que je ne roule pas sur l’or (du tout), c’est la raison pour laquelle je vous ai proposé de participer à la création de mes prototypes, et je ne vous remercierais jamais assez pour votre soutien !

J’étais parti dans l’idée d’imprimer 30 prototypes. J’ai de très bons contacts dans l’imprimerie ce qui m’a permis d’obtenir un excellent devis. Pour produire 30 jeux, j’ai réussi à avoir un devis à 132 euros ( après un devis à 160 euros avec l’imprimeur chez qui j’ai travaillé avant et qui était aussi un très très bon prix). Le coût d’un jeu supplémentaire était de 2,5 euros. J’ai décidé d’imprimé davantage de prototypes.

J’ai donc obtenu un devis (hors taxe) de 182 euros pour 50 jeux. (J’attends la facture définitive pour savoir combien ça fera avec les taxes 🙂 ).

J’ai envoyé 29 colis en tout. Il y avait des colis avec plusieurs jeux, un colis avec 1 seul jeu me coute 1,94 euro à l’envoi (en lettre simple). Je n’ai pas fait de recommandé parce que ça me revient moins cher de renvoyer un des jeux restant en cas de problème que de payer les recommandés. La poste c’est très très très cher, faites très attention à ça ! J’en ai eu pour 72 euros de frais d’envoi au total. À noter, j’ai eu des envois en Belgique et au Canada, pour un colis de moins de 100 grammes, le coût est de 2,80 euros (peut importe l’endroit du monde).

Pour le festival de du jeu de Cannes, j’ai payé une chambre en Airbnb pour faire le salon sur deux jours, ça me reviens à 82 euros. (Je ne vais pas compter l’essence en plus, mais évidement qu’il y a aussi les frais de la “vie”, le manger etc.)

Il me reste 12 prototypes sur les 50 reçus, je conserverais le plus possible de prototype en cas de problème avec mes envoies. Sachez que votre paquet de carte est hyper collector ! Conservez le bien, si le jeu fonctionne ça pourrait être un petit trésor ^^ .

Donc, pour imprimer mes prototypes et les présenter (sans stand ! J’y vais au culot, comme toujours) dans un festival de jeu, ça me revient à 336 euros (sans compter les détails, et les taxes sur l’impression du jeu). Avec mes préventes, j’ai obtenu 317 euros, je n’ai donc perdu que 19 euros pour le moment, ce qui est vraiment très bien ! Je suis très content d’avoir obtenu autant d’aide !

Petite mise à jour

Avec la TVA sur les cartes + le séjour à Cannes. J’ai perdu 150 euros en tout. Ce qui fait mal au cul, mais reste honnête.

Je pense relancer quelques préventes à 12 euros le jeu sur 7 paquets que j’ai en stock.

La suite ?

Comme vous le remarquerez, les coupes des cartes ne sont pas très régulières, il y a parfois plus de marges à droite ou à gauche. L’impression n’a pas été gérée par une carterie spécialisée (du moins, je n’ai pas eu le budget pour avoir une finition optimale sur les coupes). L’idée est de produire un jeu plus précis sur ce point au final. Cependant, la qualité du papier et de l’impression est exceptionnelle sur les prototypes. J’en suis très satisfait ! J’aimerais produire un jeu définitif de cette qualité.

Pour continuer, l’option que je préfèrerais est de rencontrer un producteur qui m’aide à financer et promouvoir le jeu. Pour le moment, si je devais compter le nombre d’heures réelles de travail sur ce projet, j’ai dépassé facilement les 150 heures. En soi, l’idée de promouvoir mon jeu ne me dérange pas tellement, mais j’avoue que c’est difficile de s’entendre dire qu’on “cherche à faire du fric” quand on passe autant de temps pour au final perdre quand même de l’argent. Parce que beaucoup de gens me reprochent de vendre mon jeu, ou même de chercher à vendre mes productions en général. Je ne sais pas de quoi ces gens vivent, mais à priori ils n’ont jamais rien produit eux-mêmes. Je pourrais ignorer, mais ce sont des remarques vraiment insupportables à gérer sur le long terme. L’idéal serait de me concentrer sur le travail artistique et la création de nouveaux concepts.

Si je ne trouve personne pour m’aider. Je vais faire un financement participatif. Cependant de mon expérience sur un autre projet, il faut bien préparer ce type de projet. Je devrais avoir une très bonne vidéo de présentation du jeu et préparer des contreparties à l’avance, mais également établir un plan précis sur toute la durée de la campagne. Pour financer la réalisation d’une bonne vidéo, je vais devoir trouver d’autre financement. J’ai pensé produire des cartes spéciales supplémentaires et pourquoi pas des bandes dessinées en noir et blanc. Bref, j’ai beaucoup d’idée, j’attends de les mettre plus en place pour vous en parler concrètement !

Et voilà ! N’hésitez pas à m’envoyer un mail à timotheerouxel@dessineretecrire.com si mon aventure vous intéresse et si vous avez la moindre question !

À bientôt.