Comment trouver son idée de jeu de cartes ?

La première chose à faire pour créer un jeu de cartes est probablement de concevoir les règles. Du moins, c’est ce que j’imagine : « GH » est mon premier jeu de cartes (hormis les jeux que j’ai illustrés professionnellement).

Mais, comment trouver la bonne idée de jeu ?

Faire des règles de jeu la priorité est une évidence. Cependant, pour « GH », ça ne s’est pas du tout passé comme ça !

Je suis hyper débutant dans la conception de jeu. Cependant, il y a un truc dont je suis sûr, c’est que les méthodes “pas” à “pas” de créativité : c’est du bidon. Alors, plutôt que de vous expliquer comment vous devriez penser, je vais vous raconter comment j’ai eu mon idée de jeu étape par étape !

“Gh” mon premier jeu de cartes !

GH, est un jeu qui s’est construit tout seul.

J’ai imaginé l’univers en créant ma BD « Duc ». Duc, c’est l’histoire d’un petit génie. Je ne suis pas un génie moi-même… pour montrer l’intelligence de Duc, j’ai rendu l’ensemble des autres personnages débiles : ça créer un contraste. Le contraste, c’est l’outil le plus puissant des créatifs !

Sur instagram et dans mes croquis personnels, j’ai dessiné des personnages avec des airs ahuris qui disent « GH ! »… Si tu dessines un personnage très beau et bien habillé, mais qu’il n’a qu’une chose à dire : « GH », c’est qu’il ne fait pas partie des plus futés (même s’il porte des lunettes).

J’ai pris beaucoup de plaisir à développer mes personnages, d’abord en m’inspirant de mes amis, puis des dessins que certains abonnés m’ont envoyés sur instagram !

Exemple de la création d’une carte en partant du super dessin de mon abonné @chark_draw ! [Cliquez ici pour découvrir son travail ! ]

Au bout d’un certain temps, je me suis retrouvé avec un carnet bien rempli de personnages dans un style et un univers cohérent (mais complètement fou !). J’ai des tonnes de projets pour eux (d’ailleurs j’ai déjà 2 scénarios finalisés pour en faire des BD !), mais comme je l’expliquais dans mon article précédent, mon séjour en Bretagne m’a donné envie d’en faire un jeu !

Définir précisément ses objectifs :

Du coup, quand je décide de créer mon jeu de cartes, j’ai déjà la chance d’avoir un univers ! Mais j’ai aussi la chance de revenir d’un séjour pendant lequel j’ai joué avec des joueurs aguerris (mes frères), mais aussi des joueurs très occasionnels (mes parents).

J’ai remarqué que les jeux les plus fédérateurs et les plus drôles (pour tout le monde) sont des jeux simples à mettre en place et rapides à apprendre. Évidemment, « l’esprit » du jeu compte énormément pour rendre l’expérience amusante.

Ainsi, avant même de commencer à réfléchir au système du jeu je savais ce que je voulais :

  • Un jeu très rapide à expliquer et simple à mettre en place avec des parties courtes.
  • Des parties aussi drôle pour des joueurs aguerris que pour des novices, en les mettant au même niveau.
  • Un jeu familial, mais qui est également adapté à des soirées entre potes très décontractés.
  • Utiliser mon univers et mes illustrations de personnages.

Être attentif à ses idées sans jamais renier ses objectifs :

Le son « GH » a été mon point de départ.

« GH » s’est révélé comme le marqueur le plus fort de mon univers. En fait, c’est presque une « langue » pour mes personnages débiles… (Tolkien se retourne actuellement dans sa tombe.)

Tolkien en sueur.

L’idée d’utiliser cette langue comme base de mon système de jeu m’est venue à l’esprit parce que : A+B2 je retiens 5 que multiplie racine de Pi…. bref : je n’en sais rien, ça m’est venu comme ça. Mais une chose est sûre, utiliser cette langue répond à un de mes critères de base : mettre les joueurs au même niveau. Pour mettre les gens au même niveau, la méthode la plus simple est évidemment de baisser le niveau général. C’est la méthode utilisée dans l’éducation nationale PAR EXEMPLE. Partant de là, il fallait trouver un moyen de rendre les parties rapides, la solution est simple : baser le jeu sur la rapidité ! Et enfin, pour cocher toutes les cases, il faut créer une règle de jeu courte et simple à comprendre !

Avoir des idées géniales… se planter et réadapter :

L’idée d’utiliser le Son « GH » est très vite apparue, cependant pour rendre le système intéressant il fallait étoffer la langue… Ainsi, j’arpentais les bibliothèques en quête de contes nordiques dans les archives de… non, en fait j’ai basé ça sur des onomatopées. Je suis un gars de la BD au départ : un bas du front. Ne l’oublié jamais !

Il y a 4 coins dans une carte, j’ai trouvé 4 sons « HO », « HI », « WA » et bien sûr « GH ». Nous verrons plus tard que pour des raisons d’efficacité, de rapidité de jeu et de FUN ressenti, je n’ai gardé que 2 sons « GH » et « WA », ce qui a l’avantage de faire passer les joueurs encore plus pour des singes !

À partir de ça, toutes mes idées me sont venues en flash, sans trop y penser… c’est difficile d’expliquer véritablement une façon « rationnelle » de A vers B… simplement, j’ai écarté toutes les idées qui me venaient et qui ne s’intègreraient pas dans mes objectifs définis plus tôt. Je pense que le fait d’avoir un univers bien établi et des objectifs très clairs participe activement au fait d’avoir de plus en plus d’idées. Pour moi, ça marche.

Être original, mais pas pour tout :

J’ai pensé que le moyen le plus simple pour définir un vainqueur est simplement de faire gagner celui qui s’est défaussé de toutes ses cartes. C’est très courant, mais ce n’est pas utile d’être original à tous les niveaux du jeu. Par contre, il faut trouver un moyen original de se défausser de ses cartes.

« WA GH GH WA » !

Voilà ce que le joueur pourrait devoir dire le plus rapidement possible pour jouer sa carte.

Quand j’ai eu l’idée, j’ai éclaté de rire.

Vous pouvez dès maintenant télécharger les règles du jeu et le prototype si vous ne l’avez pas fait (rendez-vous au formulaire en fin d’article), cependant je vais vous montrer comment j’ai procédé pour équilibrer le jeu au départ.

Astuce pour les billes en maths :

Comme je n’ai aucune idée des formules mathématiques à appliquer pour obtenir le nombre de cartes avec des sons répartis de façon équilibrée sur l’ensemble du jeu, j’ai décidé de procéder de façon graphique.

J’ai remplacé les 4 sons par des formes géométriques et j’ai dessiné toutes les possibilités:

Il m’est d’abord apparu qu’il y aurait 61 cartes en utilisant 4 signes… mais c’était sans compter toutes les dispositions différentes que chaque
« option » propose.

Un travail scientifique de PRECISION !

J’ai décidé de rejeter l’idée d’intégrer 4 sons à ce moment. Pas parce que je devrais faire plus de cartes, mais parce que le jeu serait beaucoup moins rapide ! Une grande partie des tours de jeu se déroulerait sans que personne ne puisse jouer, ce qui ne participe pas du tout à l’esprit qui doit être très rapide et nerveux ^^.

Alors, je n’ai gardé que 2 sons « Wa » et « GH », l’ensemble des variantes de dispositions des symboles correspond à 16 cartes je peux donc concevoir le jeu en multiple de « 16 cartes » ce qui me permet de tester le système avec un prototype de 48 cartes !

Et maintenant ?

Pour savoir si le jeu est bon, il n’y a qu’une façon de faire : le tester !!

C’est la raison pour laquelle je vous offre un prototype à imprimer ainsi que les règles de jeux :) !

J’attends vos retours avec impatiences et c’est ensemble qu’on pourra amener le jeu à un niveau supérieur. Je l’ai appris avec les années, c’est en se faisant aider qu’on obtient le meilleur de ses idées !

Jusqu’au 12 février 2020, vous pouvez acheter le prototype COLLECTOR de GH ! 48 cartes à jouer + une carte surprise pour 7 euros ! C’est ici que ça se passe  : [ACHETER “GH” V1.0]

À bientôt pour la suite de l’aventure GH !

Encouragez-moi sur les réseaux sociaux !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.