Créer des personnages et les peindre à la gouache à la façon d’Antoon Krings

Cette semaine, j’ai réalisé une peinture à la gouache pour illustrer la fable “La Cigale et la Fourmi” de Jean de La Fontaine dans le cadre de mon défi pour cette année 2018.

201801 LA CIGALE ET LA FOURMI INSPIRATION ANTOON KRINGS

“La Cigale et la Fourmi” Illustré par Timothée ROUXEL

Je me suis largement inspiré du travail d’Antoon Krings pour réaliser cette illustration. J’ai décidé d’étudier le style de ce formidable illustrateur à la suite d’une séance de cinéma dans laquelle passait “Les drôles de petites bêtes” issu de la série de livres pour enfants.

Très enthousiasmé par le film, ma compagne m’a offert 3 livres “Les drôles de petites bêtes” qui sont venues compléter ma collection de deux des premiers livres de cet auteur sur cette série. J’ai eu le loisir de les choisir avec elle car j’avais déjà en tête d’illustrer ma première fable de l’année dans ce style.

J’ai donc eu l’énorme avantage de travailler avec une très bonne documentation pour mon étude de style, car j’avais en ma possession cinq livres retraçant l’évolution graphique de l’auteur de ses débuts, avec le deuxième ouvrage de la série ” Belle la Coccinelle ” à l’avant-dernier livre (à ce jour), le déjà soixante-deuxième (!) ” Apollon le Grillon “.

livres les drôles de petites bêtes d'Antoon Krings

Une sélection des livres “Les drôles de petites bêtes” Illustrés par Antoon Krings

Ces références m’ont permis de comparer les illustrations d’Antoon Krings et m’ont aidé à comprendre les points caractéristiques qui font la force de son style ! Car même si le traitement graphique a évolué notamment dans l’épaisseur de la “touche” (les coups de pinceau) pour ne donner qu’un exemple : Il est aisé de reconnaître cet auteur au premier coup d’œil dans ses illustrations !

Comparaison la cigale et la fourmi, antoon krings à gauche

Je me suis également largement inspiré du livre ” George le rouge-gorge ”  d’Antoon Krings ( à gauche ) pour définir ma “palette” ( les couleurs avec lesquelles j’ai peint l’illustration ) ainsi que quelques éléments graphiques comme l’idée des feuilles mortes fondues à la neige sur le toit de la maisonnette.

Bien qu’étant largement inspiré par toutes ces références, je n’ai à aucun moment “copié” à proprement parler un dessin ou une illustration d’Antoon Krings. Il est important de se détacher rapidement de la copie, passer un certain niveau, car elles bloquent l’évolution des illustrateurs, tout en les freinant dans leur créativité. Cela en ferait de simples copieurs ! Au contraire, l’étude d’un style force à la compréhension de nouvelles techniques et pousse à une réflexion personnelle qui débouchera à coup sûr à une évolution positive de son style propre.

En suivant cette logique, je ne me suis pas procuré les livres représentant les personnages de la Fourmi et de la cigale ( pourtant existant dans l’œuvre de Krings ! ), j’ai préféré les inventer de toute pièces. Amusez-vous à les comparer, vous verrez que mes “petites bêtes” et les siennes sont très différentes. Cependant, je pense avoir conservé un style assez proche du sien et j’ai beaucoup appris ! Je vous encourage donc à créer vos propres personnages !

À présent, suivez-moi dans la création d’un personnage pas-à-pas !

Le matériel :

Matériel la cigale et la fourmi

  • Un crayon de papier ( HB, simple fait très bien l’affaire)
  • Une feuille de papier un peu épaisse (type canson par exemple)
  • Un pinceau ( de préférence en poil naturel de martre, la qualité du pinceau est importante, investissez une dizaine d’euros et prenez en soin en le lavant au savon avec de l’eau tiède après chaque usage, vous le conserverez longtemps)
  • Des gouaches (Antoons Krings utilise la marque Linel qui est reconnue pour être la meilleure marque de gouache sur le marché d’après plusieurs professionnels, toutefois cette marque est très onéreuse et je vous déconseille vivement d’investir si vous êtes débutant ! Vous ne feriez pas la différence avec une peinture de moins bonne qualité ! Pour mon illustration j’ai utilisé la marque de “Cultura”, vous obtiendrez de bons résultats à faible coût et la sélection de couleur pour la boite à 22 tubes est très bien.
  • deux contenants et de l’eau : un pour laver son pinceau, l’autre pour ajouter de l’eau propre à votre peinture.
  • Une assiette avec une surface blanche (ou presque) pour réaliser des mélanges.

N’attendez pas d’avoir le “top” du matériel pour commencer, commencez immédiatement avec votre matériel actuel même si vous n’avez que des feuilles d’imprimantes et des crayons de couleur ! Le meilleur outil, à terme sera votre expérience ! C’est la raison pour laquelle j’évite volontairement de rentrer dans des détails sur le choix du matériel, j’y reviendrais peut-être dans un autre article Winking smile .

I) Le crayonné

Le crayonné est un croquis abouti.

Première étape du crayonné : décomposer en formes simples

La force des personnages d’Antoon Krings vient en partie du fait de la simplicité de leur “structure” ( la structure définit les volumes de base d’un objet ou d’un personnage en dessin ). Pour “Mireille l’Abeille” par exemple, il s’agit d’une petite “boule” placée sur une boule plus grande. La simplicité des formes permet distinguer les personnages.

Crayonné la cigale et la fourmi 1

J’ai surligné en bleu les formes de “structure” de ma fourmi.

Durant le processus, gardez en tête que chaque rond et ovale dessinés sont en fait la représentation de boules ou d’ovoïdes.

Si il est compliqué pour vous de comprendre ceci (rassurez-vous, c’est compliqué pour tout le monde sans exception au début), amusez-vous à reproduire votre dessin en volume en modelant de la pâte à modeler, ceci vous aidera à visualiser votre personnage en trois dimensions.

Deuxième étape du crayonné : Ajouter les habits et les “pattes”

Voici l’étape la plus compliquée pour les dessinateurs débutants !

Crayonné la cigale et la fourmi 2

J’ai surligné en rouge les éléments ajoutés à cette étape.

Si ce sont vos premiers pas en dessin, vous allez passer quelque temps à maîtriser cette étape. La clé est la compréhension du volume pour placer chaque élément au bon endroit ( par exemple on imagine l’attache du tablier dans le dos de la fourmi, l’attache des jambes et des bras et des antennes en suivant le volume de la structure. Vous pouvez dessiner les éléments en transparence ( par exemple prolonger les pattes sous le tablier pour bien “accrocher” les cuisses au bassin ). Soyez patient et persévérez !

Il est à noter que j’ai fait une erreur technique (d’un niveau plus avancé, mais il est bon de partager ses erreurs ainsi vous pouvez déjà prendre note de ce détail), j’ai dessiné la bouche de la fourmi dans la prolongation de son bras ce qui crée un “nœud graphique”, il est bon d’éviter ce type d’erreurs ( simplement en modifiant l’angle du trait de la bouche) pour améliorer la lisibilité du dessin.

Troisième étape du crayonné: Les détails et motifs

Antoon Krings s’est épargné pendant très longtemps de travailler les détails finement. Il y travaille beaucoup plus dans ses derniers livres sans que cet aspect prenne le pas sur d’autres. Les détails restent donc secondaires et ne font pas la force de ses images.

Crayonné la cigale et la fourmi 3

J’ai surligné en rose les éléments ajouté à cette étape.

Je me contente à cette étape de dessiner des motifs de carreaux très simple sur le tablier de ma fourmi.

II) La peinture à la gouache

Antoon Krings peint presque exclusivement en “pâte” c’est-à-dire en utilisant la peinture très peu diluée. Il y a bien d’autres façons d’utiliser la gouache, c’est une technique qui peut s’avérer très complexe mais qui donne de très bon rendu. Parfois méprisée, (pour de mauvaise raison uniquement,) la gouache est très utilisée par les illustrateurs traditionnels. Gardez donc un apriori positif sur cette technique et ne baissez pas les bras si vos premiers essais sont ratés : d’échec en échec jusqu’à la victoire, mon ami(e) Winking smile .

Première étape de la peinture : Définir la source lumineuse

Avant toute chose il est important de définir le plus précisément possible votre source lumineuse, je vais largement simplifier cette étape pour cette fois pour vous éviter de vous emmêler les pinceaux et simplement définir trois points principaux.

  1. La direction de la lumière
  2. La teinte de la lumière
  3. La teinte de l’ombre

1) La direction de la lumière est le choix qui vous permet de décider quelles seront les parties éclairées de votre personnages et ou se situeront les ombres portées selon un angle d’éclairage. Aidez-vous de votre modèle en pâte à modeler au départ et d’une lampe de poche pour éclairer votre modèle de différentes façons (dans une pièce obscure) et comprendre l’effet de la lumière sur les surfaces.

C’est une étape difficile à comprendre pour les débutants, ainsi si vous n’êtes pas familier avec le travail des ombres, je vous conseille de recopier votre dessin plusieurs fois et de faire plusieurs tests d’ombrages différents au crayon de papier.

2) La teinte de la lumière fait partie des concepts (avec celui à suivre) qui vont vous permettre de vite vous démarquer des coloristes amateurs qui n’ont pas connaissance de cette information ! Considérez simplement que la lumière n’est que très très très rarement blanche. La lumière est toujours plus ou moins teinté d’une couleur en fonction de la source lumineuse ( et s’il s’agit du soleil : de l’heure de la journée, de la météo et de la saison Smile ).

Sans rentrer dans des détails trop techniques pour cette fois, retenez simplement qu’il faut choisir une teinte de lumière, cette teinte va influencer directement votre “palette” (les couleurs que vous choisirez pour peindre votre illustration). Les surfaces blanches, grises ou noires, en pleine lumière, seront teintées de la couleur de la lumière. selon votre choix, la “saturation” (un rouge vif est une couleur très saturée, un gris est une couleur complètement désaturée) de certaines couleurs sera diminuée.

TEINTE LUMIERE apprendrejeune V3

Voici deux exemples de couleurs correspondant à des surfaces de couleurs vives en pleine lumière avec un choix de teinte de lumière orange ou bleue.

Remarquez comme certaines de ses couleurs sont désaturées par rapport à d’autres Smile , pourtant dans une image finie, ou même dans la vie de tous les jours, votre cerveau vous convaincrait que ses couleurs sont autant saturées ! Sauf peut-être, pour votre œil désormais avisé ! En désaturant encore plus certaines couleurs, vous obtiendrez des ambiances “marquées”, elles peuvent être utiles selon le sujet de l’image. Faites vos propres tests !

3) Teinter l’ombre ajoute également du réalisme et une cohérence dans votre palette. Retenez avant toute chose qu’il ne faut JAMAIS utiliser de noir pur pour foncer une couleur (en réalité, parfois on peut… mais retenez qu’il ne faut JAMAIS le faire Winking smile ). Sans rentrer dans les détails de la même façon que pour la teinte de la lumière, choisissez une teinte pour vos ombres. Il faut parfois moins “foncer” une ombre que de modifier sa teinte pour créer le juste effet. Soyez subtil dans votre dosage pour commencer.

TEINTE OMBRE

Voici quatre exemples d’ombres teintées en réutilisant les exemples des ambiances lumineuses précédentes,
faites des tests en augmentant la saturation !

Choix lumière la cigale et la fourmi

Et voici le choix de ma source lumineuse pour ma fourmi Smile

Deuxième étape de la peinture : Peindre !

Antoon Krings peint en priorité le personnage et ensuite le fond.

A l’étape de la peinture, vous aller “perdre” votre dessin sous les couches de peinture, vous n’aurez plus de repère. Ainsi, si vous êtes débutant, recopiez votre dessin sur une autre feuille avant de commencer pour vous faire un modèle pendant que vous peignez. Vous pouvez aussi prendre une photo de votre crayonné mais ça serait dommage de perdre une occasion de vous exercer !

Choisissez un nombre limité de couleurs ( en fonction de la teinte de lumière ), parmi ce choix de couleurs je vous conseille de prendre un tube de “terre d’ombre brulée” et un tube de “bleu outremer” ainsi qu’un tube de “blanc titane“, mélangés ensemble, vous obtiendrez un gris teinté plutôt chaud (les couleurs chaudes sont : le orange, le jaune et le rouge) ou froides ( les couleurs froides sont : le bleu, le violet et le vert ) selon votre choix : plus de “bleu outremer” ou de “terre d’ombre brulé”.
(Il est possible d’obtenir des gris colorés avec d’autres mélanges, mais celui-ci fonctionne très bien)
vous pourrez ajouter ce gris à vos mélanges pour les désaturer selon l’ambiance :).

Maintenant, commencer à peindre, vous pouvez soit démarrer par un aplat sur toute une surface et peindre ensuite les ombres et les lumières ( en appliquant la règle des ombres et des lumières teintées), pour se faire attendez que la peinture soit bien sèche entre chaque couche, ou bien peindre directement les surfaces sans aplats et appliquer directement les ombres et les lumières, Antoon Krings utilise les deux méthodes.

Pour rappel, Antoon Krings utilise une technique de peinture en “pâte” uniquement, ne diluez pas trop votre peinture. C’est une technique qui ne supporte pas trop de couches superposées, réfléchissez donc bien à vos mélanges avant de les poser sur le papier :).

Voici les étapes de peinture pour ma fourmi avec les tubes de couleur correspondant.

peinture la ciagle et la fourmi

Et voilà !

201801 MEP CIGALE FOURMI INSPIRATION ANTOON KRINGS

Les personnages de “La Cigale et la Fourmi” Illustré par Timothée ROUXEL

On peut remarquer que mon rendu est tout de même différent du rendu d’Antoon Krings. Il est impossible de recopier exactement le style d’un auteur, c’est bien trop personnel…

Gardez en tête que l’objectif est de progresser en étudiant le travail de tous ces fabuleux auteurs qui nous font le merveilleux cadeau de profiter de leur travail pour faire évoluer notre propre style !

Vous voici fin prêt à peindre des petites bêtes à votre tour !

Merci de m’avoir lu, commentez cet article que vous ayez un niveau débutant, plus confirmé ou supérieur au mien.
Chaque retour m’aidera à progresser et à vous proposer du contenu de plus en plus intéressant !

Et voici, en bonus pour ceux qui sont arrivés à la fin de l’article : le crayonné de ma Cigale Winking smile .

Crayonné la cigale

Les meilleurs illustrateurs ont débuté un jour et leur secret
est de ne jamais s’être arrêté d’apprendre et de s’exercer !
Restez toujours actif et motivé !

A bientôt sur dessineretecrire.com !

Encouragez-moi sur les réseaux sociaux !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    3
    Partages
  • 3
  •  
  •  

2 commentaires sur “Créer des personnages et les peindre à la gouache à la façon d’Antoon Krings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *