Catégories
Mon avis du moment

Festival Internationnal des jeux 2020 / Mon expérience

L’arrivée au festival international des jeux de Cannes :

Samedi matin, vers 9 heures, j’arrive à Cannes pour visiter le célèbre festival international des jeux (Le FIJ). Dans la voiture, je n’en mène pas large, je suis assez stressé, car j’ai un objectif précis : présenté mon prototype du jeu « GH » aux éditeurs.

Pour préparer mon salon, j’ai évidemment amené un exemplaire de mon jeu « GH », j’ai aussi préparé un porte-folio numérique dans ma tablette et un bon stock de cartes de visite à distribuer. J’ai fait le choix d’une carte avec un dos vierge pour y annoter d’éventuelles informations complémentaires en fonction de mes rencontres sur le salon.

C’est la première fois que je vais à ce festival, je connais sa renommée, mais je suis bien loin de m’imaginer ce qui va suivre.

Arrivé à Cannes, après avoir survécu à l’enfer pour trouver une place gratuite dans cette ville (pour finalement me garer dans un parking payant) j’arrive enfin au palais des festivals !

Je n’ai pas de « pass », heureusement, il y a une entrée gratuite. Et vers 9 h 30, je me joins à la file… qui fait déjà une cinquantaine de mètres ! Autour de moi, des groupes passent le temps en parlant avec enthousiasme de jeux de rôles (voient-ils seulement le temps passer ?). Il y a aussi une autre file réservée aux familles avec des enfants (une excellente idée).

Le festival ouvre à 10 heures. À 9 heures 45, après avoir avancé de l’équivalent d’un pas, j’engage la discussion avec Thomas qui est seul dans la file d’attente pour rejoindre, à l’intérieur du salon, son groupe de « rôlistes ». C’est un comédien qui s’est mis au jeu de rôle il y a 4 ans, nous parlons des jeux qu’il aime et de ses attentes sur le salon. De mon côté, je lui parle de certains de mes projets et mon jeu « GH » que je suis venu présenter aux éditeurs sur place, j’en ai un exemplaire dans ma poche.

Effectivement, je n’ai pas de stand. Ma stratégie, comme toujours dans ce genre de rassemblement, est de repérer les éditeurs proposant des types de jeux similaires au mien pour leur présenter mon projet.

À 10 heures, les portes du FIJ s’ouvrent et la file se désengorge très vite ! Après avoir passé le système de sécurité, je me retrouve dans le bâtiment. La superficie est gigantesque, tous les éditeurs sont présents, plusieurs centaines de tables de jeu de tous types sont ouvertes au public pour présenter les nouveautés.

À mon arrivée, la quasi-totalité des tables est déjà réquisitionnée par des joueurs enthousiastes ! Des amis et des familles, parfois des joueurs seuls se rencontrent le temps d’une partie. Les règles leur sont expliquées par des animateurs et parfois par les créateurs ou les éditeurs du jeu.

Bien que le rassemblement soit énorme, l’ambiance générale est très détendue, tout le monde passe un merveilleux moment. Les stands sont magnifiques, illustrés par des visuels des jeux populaires de chaque éditeur. Certains animateurs sont costumés et les stands scénographiés pour aider le public à s’immerger dans leurs univers.

C’est extraordinaire de constater l’attrait du public pour les jeux de société et les jeux de rôle : des domaines en pleine expansion.

Je présente mon jeu “GH” et mon porte-folio d’illustrateur :

mon kit de cartes pour le festival des jeux

Mon kit pour me présenter (j’ai pris la photo avec ma tablette sur laquelle est mon porte-folio, mon téléphone est cassé)

Je contiens mon envie de me joindre à une partie pour commencer à présenter mon travail. J’ai aussi le devoir moral de montrer « GH » à un maximum de personnes, les ventes de la version physique de mon prototype m’ont permis de couvrir la totalité des frais de leur impression, mais aussi une petite partie des frais du voyage (petite cependant, c’est cannes, tout est cher même le moins cher des airBnB…).

Je connais peu le milieu du jeu, et je me rends compte, sur le salon, de l’ampleur de mon ignorance dans le domaine. Il y a tellement de diversité dans les styles graphiques, dans les systèmes de jeu, les publics visés… C’est vertigineux !

Présenté son projet, c’est toujours difficile, on a souvent peur de déranger, et parfois, on va déranger… Il faut s’y attendre. Même si je me suis plusieurs fois prêté à cet exercice, dans des salons de moindre ampleur, j’ai quand même une certaine appréhension.

Avant de montrer quoi que soit, je me dirige vers les stands qui me plaisent pour en savoir plus sur les univers des éditeurs. Le contact est très facile. À première vue, l’ensemble des représentants sont abordables, sympathiques, très impliqués et souvent très drôles ! Parfois, j’en oublie presque de présenter mon projet et j’ai souvent envie de succomber à l’achat… ah, si j’étais plus riche -_-‘…

Lorsque les éditeurs ont une ligne qui correspond à l’esprit de mon jeu, je le sors de ma poche pour leur présenter. Je suis content, car les premiers retours sur le visuel sont très bons quand je le propose à des éditeurs proche de mon univers. J’en profite aussi pour présenter le porte-folio que j’ai amené en format numérique sur ma tablette. Les retours sont positifs, mon porte-folio brasse un grand nombre de styles différents et surtout il est constitué de projets aboutis : c’est une force.

Je vous ai fait un version en très basse définition du porte-folio que j’ai fait spécialement pour Cannes, pour les curieux, c’est ici : [TELECHARGER LE PORTE FOLIO BASSE DEFINITION]

Plusieurs illustrateurs conseillent de se focaliser sur un style de dessin précis pour percer. Les éditeurs que j’ai rencontrés m’ont, au contraire, affirmé que le fait de présenter un large panel de styles est un très bon point (dans le milieu des jeux de société).

J’ai également eu plusieurs retours d’éditeurs qui souhaitaient sortir des styles classiques « BD » et très colorés pour se différencier des autres productions. Ils m’ont également confié que la plupart des porte-folios d’illustrateurs qui leur étaient présentés sont dans ce style graphique. C’est peut-être une piste pour travailler un porte-folio plus original. Cependant, au vu de la production, les styles colorés et humoristiques restent majoritaires et ils sont très appréciés par les joueurs.

Je suis admiratif des projets de jeux “exigeants” :

J’ai aussi rencontré des éditeurs qui ne produisaient pas du tout de jeu dans le style de « GH ». C’était, en général des jeux pour les joueurs exigeants. J’en ai profité pour en apprendre plus de leur attente et de leur façon de concevoir leurs systèmes.

Ce type de jeu est vraiment très difficile à concevoir, c’est inenvisageable pour un novice comme moi. Il y a énormément de vocabulaire pour définir chaque type de mécanique et souvent beaucoup de matériel. Les créateurs sont ambitieux, passionnés. Ici, personne ne travaille en espérant devenir millionnaire, ce sont des hyper créatifs avec des cerveaux concentrés à trouver un moyen de ne laisser aucune place au hasard. En général, ils ont aussi une idée très précise des graphismes qu’ils aiment et leurs jeux sont également ambitieux esthétiquement.

En tant qu’illustrateur, travailler sur un projet aussi complexe est une sorte de fantasme. Imaginez-vous illustrer des centaines de tuiles, de cartes détaillées pour décrire des civilisations antiques, un plateau de jeu gigantesque, définir le design de figurines et réaliser l’énorme illustration de la boite… Quel plaisir !

Alors, quand je discutais avec ces créateurs, je ne leur ai évidemment pas proposé « GH », car ce n’est pas du tout un jeu qui leur correspond. Mais, je profitais de mon porte-folio éclectique pour leur montrer certain de mes projets traités dans un style se rapprochant du leur. Parfois, ils me montraient dans mon porte-folio des styles graphiques auxquels je ne m’attendais pas à ce qu’ils accrochent, pour un ou plusieurs projets annexes qu’ils avaient.

Je ne suis pas intéressant pour tout le monde :

C’est très important pour moi d’essayer de déranger le moins possible les éditeurs et les créateurs en les monopolisant autour de mon projet « GH » s’il ne les intéresse pas.

Comme tout le monde, je n’aime pas avoir affaire à une personne qui n’éprouve pas le moindre intérêt pour mon travail, et je ne veux pas être ce type de personne pour les autres. Alors, je n’ai pas cherché à établir un contact avec les éditeurs qui présentait des jeux qui ne m’intéressaient pas du tout. Cependant, le festival était tellement grand que je n’ai eu aucun mal à trouver de quoi m’occuper du matin au soir (j’ai fait une pause dans l’après-midi).

J’ai quand même fait l’erreur de continuer à démarcher un éditeur alors que je commençais à être trop fatigué pour présenter mon projet correctement à la fermeture du salon le samedi. Même s’il a été très affable avec moi, je m’en suis voulu d’avoir eu l’impression de le dérangé alors qu’il était lui-même très fatigué de sa journée.

Un éditeur m’aide à améliorer mon jeu !

Pendant la journée du samedi, j’ai rencontré l’éditeur « Game flow », leurs livres “Ma première aventure” m’ont tapé dans l’œil. Le travail d’édition est incroyable, et j’en ai profité pour en savoir plus sur ce projet avant même de remarquer qu’il développait également des jeux de société. J’en ai profité pour présenter mon porte-folio d’illustrateur et plusieurs personnes de l’équipe dont deux créateurs de jeux, Jean philippe Sahut et Roméo Hennion, m’ont proposé de faire une partie de « GH ».

Nous avons joué au jeu avant d’être confrontés à un problème technique qui bloquait la partie. En l’espace de 2 minutes, ils ont réussi à trouver un mode de jeu pour rendre les parties plus dynamique, plus drôle et jouable à deux joueurs ! J’étais bluffé par leur réactivité ! C’est leur expérience du game design qui leur a permis de résoudre le problème si vite. Je leur suis très reconnaissant de m’avoir aidé, évidemment il faudra encore passer de nombreux tests pour affiner la mécanique.

De mon côté, j’ai trouvé un moyen de résoudre le problème avec le mode de jeu de base. Maintenant, vous pouvez jouer à « GH » de deux façons complètement différentes, un mode à partir de 3 joueurs et un autre à partir de deux joueurs plus simple à comprendre et à mettre en place.

Les deux modes de jeux vous seront proposés en téléchargeant le prototype de GH sur ce blog (je fais aussi vite que je peux…). Je suis d’autant plus reconnaissant à eux de m’avoir aidé sur la mécanique de mon jeu qu’ils n’éditent pas de jeu de ce type ! Ils ont été super.

Où sont les autres illustrateurs ?

Je n’ai croisé aucun autre illustrateur (mis à part les professionnels implantés dans le milieu qui étaient en dédicace) sur le salon le samedi ou le dimanche.Pourquoi n’y avait-il pas plus de dessinateurs prompts à montrer leur travail pendant cet évènement ? Je continue de penser que la meilleure façon d’établir un contact et de rencontrer véritablement les personnes, car au-delà de l’aspect strictement professionnel et de la qualité d’un projet, le rapport humain est un facteur très important pour travailler de façon harmonisée (je le sais d’expérience). Cependant, j’imagine que c’est une bonne chose pour les éditeurs qui ont beaucoup à faire pour présenter leurs jeux et les expliquer.

Découverte de projets indépendants :

J’ai réservé mon dimanche pour rencontrer de jeunes créateurs indépendants, notamment autour du jeu de rôle, c’est un milieu qui fourmille de créatifs talentueux qui développent des univers très personnels. J’ai fait de formidables rencontres autour de projets que je présenterais en fin d’article.

Il est important de se soutenir entre créateurs et j’ai été très heureux de voir qu’il n’y avait aucune compétitivité entre eux, mais une vraie complicité et un intérêt partagés autour de leurs différents projets.

Je suis parti en début d’après-midi, le dimanche. Dans la voiture, les idées de jeu fusaient. C’est toujours très stimulant créativement d’avoir été exposé à autant de productions différentes.

Et maintenant ?

Je reviens chez moi avec la mission d’écrire les mises à jour des règles de GH et du nouveau mode de jeu pour continuer les tests. J’ai également pris le contact d’un bar à jeu pour continuer les tests avec d’autres joueurs, en plus de récolter vos retours. L’objectif est d’aboutir à un système « béton » avant de continuer de démarcher les éditeurs intéressés. Si vous voulez m’aider dans cette voie, vous pouvez le faire en vous amusant et en m’envoyant les retours de vos parties.

Je tiens à remercier vraiment tous les gens qui ont participé en achetant la version physique du prototype en couleur. C’est grâce à vous que j’ai pu montrer une version imprimée de mon jeu au festival ! Merci d’avoir cru en mon projet à ce stade.

Pour le moment, je ne pense pas refaire de vente sur ce projet avant d’aboutir aux règles de jeu définitives. Le prototype est donc collector;) .

À côté de ça, je vais renvoyer mon book à tous les éditeurs intéressés que j’ai pu rencontrer sur le salon en le personnalisant en fonction des demandes. Je cherche en ce moment à obtenir de nouveaux contrats d’illustration.

Je vais continuer à créer des personnages dans l’univers de mon jeu, mais également des bandes dessinées.

Autres avis sur le festival des jeux :

Des échos que j’ai pu avoir, les expériences sur ce salon sont parfois partagées. De mon point de vue, tous les représentants confondus sur le salon ont vraiment fait un travail extraordinaire. J’imagine qu’il a dû être très difficile pour eux de conserver leur énergie sur toute la durée de la manifestation. Bravo à eux. Et si j’en ai dérangé quelques-uns sans m’en rendre compte, je tiens à m’en excuser.

Présentation de quelques projets indépendants sur le festival des jeux :

Comme je l’expliquais plus haut, j’ai fait la rencontre de plusieurs auteurs indépendants, certains sont en recherche d’éditeurs ou bien en vue de concrétiser leurs projets avec un financement participatif. Voici une petite sélection des projets indépendants qui m’ont tapé dans l’œil :

Morrigan Games:

Einherjar campagne jdr présente pendant le festival des jeux

Un tout nouveau studio de création et d’édition de projets de jeu de rôle, jeu de plateau et jeux vidéo. Les deux créateurs présentaient Einherjar, une longue campagne de jeu de rôle dans l’univers viking basé sur le système de Donjon et Dragon.

Le livre encore en peaufinage avant le lancement de la campagne de crowdfunding. Il est magnifiquement illustré par l’illustrateur et dessinateur de bandes dessinées « Cyril Pontet » (entre autres).

En discutant avec les créateurs, ils m’ont dévoilé leur envie de créer de nombreux projets sur des supports variés. Ce sont déjà des professionnels, l’un est scénariste et l’autre est programmeur pour un studio de jeu vidéo. Leur projet n’est pas une énième édition des règles de Donjon et Dragon, elles sont maintenant disponibles gratuitement en ligne. Le studio s’est concentré sur la création d’une campagne avec un univers riche et précis dans laquelle les joueurs prendraient le plus de plaisir possible à suivre l’aventure jusqu’à l’obtention de capacité extraordinaire ! (A priori, il sera possible de faire pleuvoir les météores… Imaginez l’ampleur des combats :).) De son côté, le maitre du jeu aura la tâche simplifiée par le travail des auteurs de Morrigan Games.

Nous avons discuté longuement, ce sont des créateurs très passionnés et sympathiques ! Ils étaient aussi curieux des autres projets exposés et ils m’ont fait découvrir le jeu « For the queen », qui permet de faire des parties de jeu de rôle sans maitre du jeu. Un échange très riche et inspirant ! Je vous encourage à suivre les projets de Morrigan Games sur leur page Facebook : https://www.facebook.com/MorriganGames/

Kamicha, le jardin du thé :

Kamicha JDR présent pendant le festival des jeux

Voici un jeu de rôle très original qui était présenté sur une petite table très bien mise en scène autour de l’univers du thé. Car, oui, la passion pour le thé a été l’élément déclencheur pour les auteurs Loïc Massin et Pauline Panel. Les joueurs incarneront des aventuriers à la recherche du jardin du thé de la divinité Kamicha. Le livret est magnifiquement illustré par des aquarelles très originales de Pauline Panel.

Pour en apprendre plus rendez-vous à cette adresse : https://cherche-reves.blogspot.com/p/kamicha.html

Pour contempler les illustrations, c’est ici : https://dilhuu.wixsite.com/dilhu/illustration-kamicha

La communauté « Courants alternatifs » :

courant alternatifs, communauté présente pendant le festival des jeux

J’ai été accueilli par le très sympathique Simon Li, coauteur de nombreux jeux de rôles sur ce petit stand. Simon m’a présenté la communauté « Courants alternatifs » comme un regroupement de créateurs de jeux de rôle alternatif et à la description de chaque projet, ceci s’est vérifié !

Chaque jeu produit par un membre de cette communauté a une particularité qui le démarque de ce qu’on pourrait attendre du genre. Ainsi, il y avait des jeux de rôles sans maitre du jeu, des jeux de rôle à deux, mais aussi des thématiques très particulières et parfois intimes (sur la perte d’un être cher ou bien sur un amour impossible) et même un jeu épistolaire !

La communauté est solidaire. Le meilleur exemple est que Simon m’a présenté en priorité les jeux qui m’intéressaient avant de me dévoiler sur lesquels il avait lui-même travaillé.

Si vous êtes intéressé pour rejoindre cette communauté de créateurs alternatifs, voici le lien : https://courantsalternatifs.fr/

Pour découvrir le travail de Manon et Simon Li : https://angeldust-jdr.com/

Hex-project :

Hex application présente pendant le festival des jeux

Un projet différent des autres puisqu’il ne s’agit pas d’un jeu, mais d’une application pour faciliter les parties de jeu de rôle. Au cours de vos parties, le décompte de vos points de vie et de vos points d’expérience est directement géré par le MJ. Le système met en réseaux les téléphones portables des participants et l’ensemble des actions est géré le plus simplement possible pour que les joueurs se concentrent sur l’aventure en cours. L’idée de « Hex-projet » est d’intégrer un maximum de jeux à leur système et de couvrir un large panel d’univers petit à petit. Au vu de l’émergence du jeu de rôle sur des tchats vocaux (j’ai moi-même fait mes premières parties de « Paranoia » sur discord !), je trouve que ce système de jeu est très intéressant pour développer de nouveaux concepts de jeu en ligne (et pourquoi pas les streamer).

Pour voir leur site internet qui présente le projet : https://www.hex-project.com/

Blyn :

Blyn, livre présent pendant le festival des jeux

Stéphane Torre présentait un jeu de cartes de deux à 4 joueurs avec une mécanique très simple, mais efficace avec un univers basé sur les cristaux. Ce jeu n’est en réalité qu’une porte d’entrée dans son univers. Stéphane a écrit un livre de Fantasy « Blyn » et il l’autoédite (dans l’attente de trouver son éditeur). Sa démarche est semblable à la mienne (avec mon jeu « GH »). J’ai également imaginé mon jeu en relation avec mon univers personnel. Concevoir des jeux simples pour porter des univers plus riches est peut-être une bonne idée, je suis content que Stéphane ait eu la même bien que nous ayons des univers très différents. Son livre est disponible à la vente sur toutes les plateformes et il espère atteindre les 1000 exemplaires vendus, il a déjà fait la moitié du chemin ! Passionnés de fantasy : foncez !

La page d’auteur de Stéphane Torre : https://www.librinova.com/auteur/stephane-torre

Si vous avez des projets de jeux de rôles ou de jeu de société à présenter, n’hésitez pas à les indiquer en commentaire avec un lien vers vos productions.

Avez-vous participé au festival international des jeux cette année ?

À bientôt.

Encouragez-moi sur les réseaux sociaux !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 réponses sur « Festival Internationnal des jeux 2020 / Mon expérience »

Je n’ai encore jamais eu l’occasion de me rendre à ce salon que j’imagine incroyablement fourmillant ! Si tu as un jour la possibilité de te rendre sur Paris, essaie de te rendre au festival de jeu de société Paris est ludique ! qui est lui aussi une sacré référence (sans compter le beau temps de l’été pour l’accompagner).
Merci en tout cas pour ton retour, notamment sur cette approche plus originale des directions artistiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.