Utilisez les formes pour raconter des histoires !

Parfois, c’est en limitant ses moyens techniques d’illustrateur et en utilisant des formes simples que nous parvenons à obtenir le plus grand impact narratif dans nos images.

Le roseau plie et ne rompt pas, le chêne massif reste bien droit face aux vents faibles, mais lorsque vient la tornade, il tombe et meurt tandis que le roseau continue de plier encore et encore.

Voici le résumé de la Fable “Le chêne est le Roseau” de Jean de La Fontaine qui nous servira de point de départ pour comprendre comment utiliser efficacement les “formes” dans nos illustrations au service de la narration.

Le langage des formes

Cette fable est bâtie sur un contraste de visuel marqué entre trois personnages : le chêne : robuste, large et solide. Le roseau, fin et souple et le vent puissant.

C’est l’opposition du chêne avec le roseau qui rend le chêne si grand, puissant et robuste par rapport au roseau qui est, en comparaison, très fin et malléable. C’est un contraste de formes, chaque élément séparé l’un et l’autre perde leur impact narratif. La confrontation de ses formes entre elles, permet à elle seule d’amorcer une histoire, d’établir une situation.

Évidemment La Fontaine nous montre par ce contraste les caractères des “personnages” leurs formes sont un le symbole de leur état d’esprit. Dans l’esprit des gens, et ceci se vérifie souvent, ce sont nos attributs physiques mis en relation avec notre environnement qui déterminent souvent notre comportement. C’est un raccourci simpliste, mais il fonctionne très bien en narration.

Le chêne symbolise déjà en (opposition avec le roseau toujours) l’orgueil et la condescendance par sa stature face au roseau qui est plus souple d’esprit, adaptatif, malléable. Jean de La Fontaine appuie le caractère des personnages par le discours maîtrisé et orgueilleux du chêne dans son dialogue au langage soutenu et “ronflant” toujours en contraste avec un roseau très diplomate.

Le vent est le troisième personnage de la fable, il est plus puissant encore que le chêne qui se brise sous un impact qu’il ne peut pas encaisser. Ainsi, sa représentation doit entrer en contradiction avec celle du chêne dans sa représentation graphique.

Pour illustrer cette fable, toujours dans le cadre de mon défi d’illustration et avec un style très éloigné de ce que je fais habituellement (c’est le but : exploré de nouvelles pistes !) , j’ai décidé de focaliser l’ensemble de ma narration sur l’usage de formes très distinctes. Mes objectifs sont de les faire “parler” en les opposant entre elles. C’est le langage des formes.

20180225 Mise en page Le Chêne et le roseau

Le Chêne et le Roseau illustré par Timothée ROUXEL

Je m’efforce de représenter les personnages en utilisant les formes que m’inspirent profondément le caractère de chaque personnage.

Mon chêne est un “block” tout entier, fait de régularité, de “schémas bien établis” avec ses branches structurées en angles droits, ses yeux centrés sur un gros tronc comme un rectangle solide. Une plaque de béton. Il se brise en angles pointus, (les pointes symbolisent le danger, quelque chose de “piquant” qui fait mal. Ici c’est également une astuce pour représenter du même coup la bouche de l’arbre effrayé.) Il n’y a que ses sourcils que j’ai volontairement  dessinés avec irrégularité. Pour marquer la stupeur de l’arbre, un détail expressif qui anéantis son allure supérieure.

Le roseau est tordu, il est fin comparé au du chêne bien qu’étant en premier plan de l’image. Ses yeux ne sont pas centrés et dépassent sur la ligne de contour. Tout en lui traduit le mouvement en opposition avec le chêne. Il est courbé, irrégulier et ses feuilles suivent le mouvement. J’ai gardé comme point de repère son côté chétif, imparfait mais adaptatif.

Le vent est représenté par des grandes formes régulières mais courbes. La régularité donne un sentiment de puissance. Sa forme est en opposition avec celle du chêne (tout droit). C’est par ce jeu de formes que l’on comprend immédiatement que la source de l’impact sur le chêne est le vent.

Voici comment faire vivre une image avec des moyens techniques très limités! Parfois, l’usage de formes très simples, exploitées à leur plein potentiel permet de délivrer un discours avec beaucoup d’impact ! En réalité, c’est ce que fait La Fontaine par le biais de la littérature avec la fable “Le chêne  et le roseau”.

Développez votre créativité en utilisant les formes

Pour résumer cet article, je vous propose comme exercice, de dessiner un grand nombre de formes caractéristiques (rond, ovale, carré, rectangle, mais des formes plus libres comme les personnages “barbe à papa”) , sélectionnez ensuite deux à trois formes au hasard et essayer de déterminer le “caractère” de ses formes en opposition les unes aux autres .

C’est le contraste de formes qui va vous inspirer.

Représentez-vous chaque forme comme un personnage vivant. Faites cet exercice que vous soyez dessinateur ou auteur (ou curieux). En établissant des caractères et des relations entre ses formes, vous pourrez développer un univers facilement et jouer des oppositions pour trouver des tonnes d’histoires inédites à raconter ! Vous pouvez utiliser cette astuce pour commencer à créer des illustrations qu’importe votre niveau de dessin, c’est l’énorme avantage, D’ailleurs, rien ne vous oblige à dessiner ou peindre. Vous pouvez tout autant développer un univers avec du papier découpé par exemple.

C’est aussi un moyen magique de palier au fameux “syndrome de la page blanche”, car c’est un générateur automatique et inépuisable d’idées nouvelles. Winking smile 

Vous n’êtes pas convaincus ? En 1921, le psychanalyste “ Hermann Rorschach “ a inventé un test d’évaluation psychologique toujours d’actualité. Il s’agit de proposer au patient d’interpréter librement des formes abstraites pour évaluer sa personnalité. En dehors de l’aspect purement clinique, nous pouvons conclure que chaque personne est en mesure de faire une interprétation personnelle de formes abstraites. Et si tout le monde y arrive, alors vous aussi vous y arriverez ! Avec de l’exercice, vous musclerez votre créativité et vous pourrez petit à petit obtenir des pistes de recherches de plus en plus rapidement. Il n’y a qu’un petit effort de concentration à fournir.

Le test de Rorschach

Le test de Rorschach

Nous verrons dans un prochain article comment vous pourrez utiliser ses formes simples et les complexifier en conservant leurs forces d’origine pour créer des personnages percutants dans un article sur la création de personnages ! En attendant, soyez créatif, peu importe votre niveau, utilisez ses techniques pour développer votre imaginaire et comprendre que, comme tout le monde, vous avez en vous des tonnes d’histoires qui sommeillent et ne demandent qu’à être racontées. Les créatifs que vous admirez obtiennent “ l’inspiration ” par l’utilisation de ce type de technique, libre à vous de suivre leur voie dès maintenant ! Croyez en vous. Devenez créatif : racontez des histoires !

La fable complète “ Le Chêne est le roseau” de Jean de La Fontaine

Le Chêne et le Roseau

Le Chêne un jour dit au Roseau :
“Vous avez bien sujet d’accuser la Nature ;
Un Roitelet pour vous est un pesant fardeau.
Le moindre vent, qui d’aventure
Fait rider la face de l’eau,
Vous oblige à baisser la tête :
Cependant que mon front, au Caucase pareil,
Non content d’arrêter les rayons du soleil,
Brave l’effort de la tempête.
Tout vous est Aquilon, tout me semble Zéphyr.
Encor si vous naissiez à l’abri du feuillage
Dont je couvre le voisinage,
Vous n’auriez pas tant à souffrir :
Je vous défendrais de l’orage ;
Mais vous naissez le plus souvent
Sur les humides bords des Royaumes du vent.
La nature envers vous me semble bien injuste.
– Votre compassion, lui répondit l’Arbuste,
Part d’un bon naturel ; mais quittez ce souci.
Les vents me sont moins qu’à vous redoutables.
Je plie, et ne romps pas. Vous avez jusqu’ici
Contre leurs coups épouvantables
Résisté sans courber le dos ;
Mais attendons la fin. “Comme il disait ces mots,
Du bout de l’horizon accourt avec furie
Le plus terrible des enfants
Que le Nord eût portés jusque-là dans ses flancs.
L’Arbre tient bon ; le Roseau plie.
Le vent redouble ses efforts,
Et fait si bien qu’il déracine
Celui de qui la tête au Ciel était voisine
Et dont les pieds touchaient à l’Empire des Morts.

Les meilleurs illustrateurs ont débuté un jour et leur secret
est de ne jamais s’être arrêté d’apprendre et de s’exercer !
Restez toujours actif et motivé !

A bientôt sur dessineretecrire.com !

Encouragez-moi sur les réseaux sociaux !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  • 1
  •  
  •  

5 commentaires sur “Utilisez les formes pour raconter des histoires !

  1. Super article! 🙂 tu l’as super bien écrit et le parallèle fait avec ton illu est très bien amené je trouve. D’ailleurs je la trouve très chouette, je trouve que ça te va bien comme style.

    1. Merci ! Je suis content que le style de te plaise! J’aime aussi mais comme ça fait assez “simple” (même si en réalité il y a du taff, mais autrement) je pensais que ça ne plairait pas à tout le monde. Maintenant je vais corriger les fautes lol ^^

      1. Comme quoi, parfois il faut tenter ^^ En tout cas c’est expressif et le travail des textures et vraiment super cool. Mon fils de 18mois adorerait voir ce genre de choses, c’est fort et symbolique, et on passerait beaucoup de temps à longer les lignes noires avec le doigt.

  2. Eh bien il y a une certaine évolution agréable entre les articles, continuez ainsi 🙂
    Le rapport aux formes selon l’image que l’on souhaite transcrire est certain, car ce que l’on voit est la première étape avant de passer à ce que l’on comprend. Ces procédés sont très utilisés par Picasso ou même Otto Dix pour permettre de vite faire un rapprochement avec une émotion, ainsi, en regardant “Guernica” ou “la guerre”, on a immédiatement le sentiment qu’il faut avoir (dans ces cas, l’horreur et la peine).

    1. Merci !
      Tu as entièrement raison pour dans ton commentaire. Picasso à même représenté ses deux femmes avec des formes différentes (très anguleuses pour l’une et trop arrondies pour l’autre) pour représenter leurs caractères dans ses dessins. Il utilisait effectivement énormément le langage des formes ! Merci Adam, c’est toujours super d’avoir tes retours .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *